Mon amant, mon maître ? Partie 3

Ben Esra telefonda seni boşaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00353 515 73 20

Mon amant, mon maître ? Partie 3Mon amant, mon maître ? Partie 3Je suis allongée devant les imposants miroirs de la chambre, mon amant vient une fois de plus de me prendre et de me remplir de son sperme.Mon amant se lève. Il m’att**** et me porte sur son épaule. Je ris. Mes cuisses s’engluent de toujours plus de son foutre dans cette position. Il m’amène de nouveau dans sa cuisine où cette fois il me pose à même son bar. Il m’att**** les genoux et écarte mes jambes.— Tu aimes ce que tu vois ? dis-je dans un rire.— Beaucoup.Il pose sa main sur mon pubis. Ses doigts glissent vers mon clito toujours aussi sensible. Il joue un peu avec, me faisant soupirer de plaisir. Il ne s’attarde pas longtemps et je me retrouve avec son index et son majeur qui plonge d’un coup sec au fond de ma chatte. Je pousse un petit cri, surpris par cette soudaine intrusion. Il me pistonne comme ça une dizaine de fois avant de mettre ses doigts en crochet pour les sortir englué de nos fluides. Il les lève vers moi et j’ouvre la bouche pour les accueillir. Il me laisse les lécher sans rien faire. Ma langue tourne autour, j’aspire avec délice ce mélange de sperme et de mouille. Je suis aussi excité que s’il ne venait pas de me baiser et j’attends avec impatience qu’il s’occupe de nouveau de moi. Je lui fais comprendre en tendant mon pied droit vers sa bite qui pend entre ses jambes. Je la soulève un peu la caresse du mieux possible entre mes orteils tout en lui lançant mon plus beau regard de chienne. Il me sourit et empoigne l’un de mes seins. Il le masse et tire sur la chaîne. Mon excitation monte encore d’un cran. Il le voit bien et décide de me frustrer en arrêtant tout et en s’éloignant.— Reste comme tu es, ma belle salope.J’obéis à son ordre, même si je n’ai qu’une envie : me jeter sur sa queue et lui redonner toute sa force entre mes lèvres.Cette fois, ce n’est pas du vin, mais deux verres de jus de fruits qu’ils nous serrent. Ça va nous permettre de reprendre un peu de forces. Il me le tend au moment où il vient se placer devant moi. Il se tient à distance pour que je ne puisse rien lui faire. Il profite juste du spectacle de mon corps qu’il a si bien possédé. J’écarte machinalement un peu plus les cuisses pour lui offrir une meilleure vue encore de ma chatte. Il ne faut pas longtemps avant que mes doigts viennent se perdre sur le bar ou dans ma chatte pour prélever les restes de ce qui a coulé.— Tu es belle comme ça, tu sais. Tu seras encore plus jolie quand je me serai occupé de ton cul comme il se doit. Ce n’était qu’une mise en bouche jusqu’ici.Je devrais être inquiète vu ce qu’il m’a déjà fait en prétendant que ce n’était rien et pourtant, je n’en suis que plus excitée. Cet homme me rend folle et ça me trouble.C’est à peine si je me reconnais quand je lui réponds :— Il est tout à toi. Tu pourras lui faire tout ce que tu veux, dis-je de ma voix la plus excitante. Tu as carte blanche, zéro limite pour toi.— Fais attention à ce que tu dis, tu pourrais le regretter.— Mon cul est à toi !Alors que j’espérais le voir se jeter sur moi, il s’éloigne. Un magnifique sourire se dessine sur mon visage quand je le vois revenir avec son smartphone et me viser avec.— Je t’écoute, dit-il en lançant la vidéo.— Je suis à vous, maître. Vous avez pris votre soumise comme il se doit il y a un instant, vous m’avez fait jouir comme une folle avant de me remplir la chatte pour la deuxième fois de la soirée. Vos spermatozoïdes sont en train de progresser moi (mes doigts glissent sur le bas de mon ventre pour l’exciter davantage). Vous allez me posséder par le cul comme je le mérite. Ne soyez pas délicat comme tout à l’heure. Tout vous est permis. Absolument tout. Je suis à vous. Je suis votre chienne soumise.Le sourire carnassier qu’il affiche m’excite, mais ce n’est rien en comparaison de sa queue qui s’est redressée vers le ciel.— Tu vas prendre très cher, sale chienne.Il coupe la vidéo et lance son téléphone avant de se jeter littéralement sur moi. Il me tire du bar sans aucun ménagement. Je me retrouve en deux secondes face à sa queue. Il a posé un pied sur un des tabourets-bars et m’embroche sans ménagement. J’ai un hoquet tellement il s’enfonce profondément. Je lutte pour ne pas vomir tant il y va fort dès le début. Ma bouche n’est plus qu’un trou qu’il pistonne sans aucun égard pour moi. Je güvenilir canlı bahis siteleri bave comme une folle. J’ai les yeux emplis de larmes. Je suis au paradis.Il me prend comme ça environ trente secondes, mais j’ai l’impression qu’il a passé plusieurs minutes à me pistonner tellement j’ai la tête qui tourne quand il me libère enfin. Je n’ai pas le temps de récupérer. Collier, pinces et le reste de ma tenue disparaissent en quelques secondes. Je me retrouve complètement nue sur son épaule? pour retourner dans sa chambre. Il me jette littéralement sur son lit sur lequel je rebondis. Je suis sa proie. Il bondit sur moi et me saisit au poignet avec autorité. Il les tire jusqu’à la tête de lit. Je n’ai pas le temps de dire ou faire quoi que ce soit que je me retrouve menottée à un barreau. Il me saisit aux chevilles et replie mes jambes sur moi. Heureusement que je suis bien souple, car je me retrouve les genoux au niveau de la tête, mes chevilles entravées au lit. Je frémis d’excitation en constatant sa vitesse et sa dextérité. Combien de femmes se sont retrouvées offertes ainsi avant moi ?— Ouvre grand la bouche !J’obéis sans hésiter et je me retrouve à nouveau la bouche entravée. Cette fois, elle reste néanmoins libre d’accès, car c’est un anneau qui l’entrave et garde mes mâchoires grandes ouvertes. Il m’att**** par les cheveux et me fait lever la tête pour que je voie dans les miroirs au pied du lit à quoi je ressemble. Je vois une femme objet. C’est moi et j’en coule littéralement de la chatte.— Tout à l’heure, on a joué avec le regard et le plaisir à te voir baisé comme la bonne pute que tu es. Cette fois, tu vas juste te concentrer sur les sensations de ton corps. Tu vas gémir comme une chienne.Il s’empare d’un masque et je me retrouve les yeux bandés.— Parfait. Ma chienne soumise est prête.Je sens au lit qu’il se lève. Il ne dit plus rien. Il doit profiter du spectacle de mon corps offert. Ma respiration s’accélère, l’attente me rend folle. Je sens un mouvement au pied du lit. Mon corps frissonne quand je sens son souffle à quelques centimètres de ma chatte. Je sursaute quand il me lèche et que sa langue glisse entre mes lèvres. Il recommence plusieurs fois. Il me lape littéralement et je mouille toujours plus. Je coule et il déguste ma mouille mélangée au reste de son sperme. Ses lèvres se collent sur moi et il me fouille avec sa langue. Je feule avec ma bouche entravée. Mes soupirs se transforment en grognement quand ses doigts s’invitent à la partie. Il me retire le plug sans effort et pose ses doigts sur mon anus qui s’ouvre et se contracte. Il ne faut pas longtemps avant que son index y plonge entièrement et soit vite rejoint par son majeur. Je suis grande ouverte pour lui et ce qu’il me fait avec sa langue me fait tellement de bien que je suis totalement relâchée.Je suis incapable de dire combien de temps durent ses préliminaires à cause de mon bandeau. Tout ce que je sais, c’est que je suis comme une folle qui prend son pied.Ma poitrine se soulève d’un rythme effréné quand enfin il présente son gland à l’entrée de mon cul. Je bouge toute seule comme je peux malgré mes entraves pour mettre fin à ce supplice et qu’enfin il me prenne. Ses mains se posent autour de ma taille. Je retiens mon souffle. Son gland s’appuie à l’entrée de mon cul. Il entre et fait son chemin en moi d’une seule poussée puissante. Nous poussons un même râle de plaisir.— Ton cul est encore meilleur après avoir été utilisé. Il est temps que je te l’éclate vraiment.Il devait être aussi impatient que moi parce qu’il se lance directement dans un pilonnage en règle. Il sort totalement de mon cul pour mieux me pénétrer. Il se bloque parfois au fond reculant à peine pour me pistonner dans un rythme frénétique. Je ne suis plus que cris et gémissements.— Tu es trop bonne, ma salope. Ton cul est à moi. Je vais lui faire sa fête comme jamais.Il m’encule encore un moment avant de passer au-dessus de moi. Sa queue glisse entre l’anneau dans ma bouche et il me baise littéralement par là aussi.— Tu aimes le goût de ton cul.Seuls des gargarismes sortent de ma bouche pour dire oui.Il redescend du lit pour retourner prendre sa place. Il me pénètre d’un coup sec et reste planté au fond. Mon corps entier s’est cambré. Je suis comme figée. La queue qui vient de me güvenilir illegal bahis siteleri pénétrer est couverte d’un préservatif. Je ne sais plus quoi faire. Est-ce que c’est bien lui et il a juste mis une capote pour jouer avec moi?? A-t-il prévu tout cela juste pour qu’un autre homme profite de moi??Je sursaute en entendant ma propre voix. C’est la vidéo de tout à l’heure où je lui dis que je suis à lui qu’il peut faire tout ce qu’il veut avec mon cul. La vidéo s’arrête et je sens un souffle contre mon oreille.Mon maître du jour me parle, une main posée sur mon cou. Ce n’est donc pas lui qui est planté au fond de mes fesses.— Souhaites-tu revenir sur ta parole ? Ton cul est-il toujours à moi pour tout ce que je veux ?Il attend quelques secondes, puis il défait la sangle qui tient l’anneau et libère ma bouche pour que je réponde. J’hésite. Je ne sais pas quoi dire. Je suis rassuré en me disant que si je dis non, il arrêtera tout et me libérera. En ai-je envie ? Je lui ai dit de tout me faire, pourquoi ne pas en profiter ? Oui. Pourquoi??— Je suis tout à vous, maître.Il ne dit pas un mot et se contente de me bloquer la bouche de nouveau. Il s’éloigne et l’inconnu dans mon cul se met enfin en mouvement et il est impatient. Cette attente l’a frustré et il se ratt**** en me prenant sans aucun ménagement, il y va de toutes ses forces. Il doit poser ses mains sur mes épaules pour bien me maintenir en place, tellement il met de fougue dans ses coups de bites.Et moi ? Je gémis de plus belle. Je m’abandonne totalement au moment présent. Avoir les yeux bandés, m’imaginer la scène, mon maître qui observe cet homme en train de me besogner, me rend dingue.Le jeu ne fait pourtant que commencer, car quand mon inconnu quitte mon cul pour faire comme mon maître tout à l’heure et me prendre la bouche, une nouvelle queue, elle aussi capotée, vient prendre possession de mon cul. Cette fois, je reconnais tout de suite que ce n’est pas mon maître, cette queue est bien plus fine. La main de mon maître se repose sur mon cou. L’inconnu libère ma bouche juste assez pour que je pousse un son étrange avec ma gorge pour dire oui. Il est hors de question d’arrêter là, je prends trop mon pied. J’adore me donner de cette façon.Moi qui pensais que le compte était bon, je me retrouve plusieurs minutes plus tard avec un troisième inconnu, lui aussi avec une queue modeste. Mon maître est là, je le sais, mais il ne me touche plus. Il profite simplement du spectacle de ces trois hommes qui se relaient dans ma bouche et dans mon cul. Je suis d’autant plus excitée que pas un seul de ces hommes ne parle. Mon imagination sur leur identité et à quoi il ressemble est galopante et renforce mon état.Me prendre dans cette position ne leur suffit plus. Ils ont envie de varier les plaisirs et me libèrent des entraves qui me retiennent au lit. Ma liberté est toute relative, car je me retrouve entre deux de mes inconnus. Nos corps sont couverts de sueur. J’ai cru qu’ils allaient me faire une double, mais c’était oublier le scénario du moment. Mon cul. Leurs deux queues trouvent le chemin entre mes fesses. Je me cabre. Ils me tiennent immobile. Je suis remplie comme jamais, malgré leur sexe de taille normale. Ils se comportent comme s’ils étaient seuls en moi et me prennent avec toujours la même fougue. Je grogne et je râle. La sensation n’est pas très agréable pour le moment, mais je les accueille toujours aussi volontiers tant je les veux en moi. Je ne me suis jamais lâché comme ça. J’adore. Je grogne des mots difficiles à comprendre. Mon maître me libère la bouche.— Merci maître ! Merci de m’offrir à ces hommes ! Merciiii !Je pars dans un long cri. Mes deux enculeurs ont synchronisé leur rythme pour mieux écarteler ma rondelle. Ils me défoncent littéralement comme ça plusieurs minutes avant de soudain s’arrêter et de se désenboiter de moi. Je m’effondre sur lit, terrassée par tout ce trop-plein de plaisir. Mon repos est de courte durée. Mon troisième inconnu, le mieux membré, me saisit aux chevilles pour me faire glisser sur le lit. Je me retrouve avec les fesses au bord du matelas. Je lui suis toute offerte. Une invitation à me tringler de plus belle.— Oh oui ! Encore !!! Défonce-moi !!Je couine sous ses coups de boutoir. Je perds pied.— Putain, retire cette capote et prends-moi ! güvenilir bahis şirketleri Fais-moi bien sentir ta queue !Il se plante en entier en moi comme un bourrin et reste figé. Une main me saisit par les cheveux et me tire la tête. C’est mon maître.— Ma chienne s’oublie. Ton cul est à moi. Je le leur prête juste. Je suis le seul à avoir le droit de jouir en toi. Ne l’oublie pas !— Pardon maître !!! S’il vous plaît, laissez-les me prendre sans capote. Dites-leur juste de ne pas jouir en moi.— Tu crois que tu le mérites ?J’ai envie de hurler oui, mais je me retiens.— C’est vous qui décidez, maître.— Bonne réponse. Tu as gagné ta récompense.L’inconnu en moi sort. J’entends le bruit distinctif du préservatif qu’il retire. J’ai manqué de jouir rien qu’en l’entendant. Je pousse un feulement de chienne en chaleur quand il replonge en moi. Enfin, je sens sa bite.— Ouiii !!!— Quand ils en auront fini avec toi. Tu les boiras tous. Fais attention à bien tout avaler.— Oui, maître. Merci.Ma sodomie reprend et c’est encore meilleur.Mes inconnus aussi semblent bien plus joyeux de me prendre librement. Ils me semblent encore plus fougueux. Ils ne m’épargnent rien. Je ne suis plus qu’un jouet entre leurs mains et leurs queues.Leur relai leur permet de faire durer ce moment longtemps avant qu’enfin mes deux plus petits enculeurs, et petits, tout est relatif surtout dans cette situation, commencent à pousser des grognements distinctifs. Ils vont bientôt jouir. En moins de cinq secondes, je me retrouve au milieu du lit à genoux entre eux alors qu’il continue de jouer en double et de forcer leurs deux glands en même temps dans ma bouche. Mes lèvres sont étirées à l’extrême quand ils râlent de concert et envoient la sauce. Et quelle sauce?! Ils avaient les couilles pleines. Leurs jets explosent dans ma bouche et je lutte pour surtout ne rien en perdre. Je déglutis comme je peux à mesure qu’ils me remplissent en même temps que je jouis.Mon corps tremble toujours quand le dernier de mes enculeurs vient reprendre son tour. Il est bien plus performant que les deux autres et m’arrache encore de nombreux gémissements en me défonçant le cul avant que je me retrouve avec son gland tout au fond de la gorge. Il me maintient avec force pour que je garde sa queue en moi quoiqu’il se passe. Il grogne comme un fou quand son sperme remonte le long de la queue. C’est une véritable inondation. Il me gave et je décolle de nouveau.Je suis K.O. sur le lit. Je ne suis pas certaine d’avoir autant pris mon pied jusqu’ici. Une main se pose dans mes cheveux et défait le nœud de mon masque. Je lève mollement la tête. Mes trois inconnus ne sont plus là. Ils resteront donc un mystère. Tout ce qui m’importe pour le moment, c’est mon maître devant moi. Son sexe est toujours au garde-à-vous. Il n’a pas encore joui devant mon spectacle.— Ça t’a plu, ma belle salope.— Oui. Mille fois oui.— Tu étais magnifique à voir jouir en te faisant défoncer comme la dernière des putes. Maintenant, c’est mon tour de m’amuser avec toi. Ton cul réclame mon sperme.Je me retrouve le visage contre le matelas, les fesses en l’air prête à se faire embrocher. Il ne s’en prive pas et me prend comme un chien. Il est comme un fou. Il savoure mes couinements avec délice. Je ne peux m’arrêter de râler tellement il y va fort dans mon cul déjà bien trop visité. Mon anus chauffe à l’extrême et pour rien au monde je ne lui demanderais d’arrêter, j’aime trop ça. Nous ne sommes plus que deux animaux forniquant. Plus rien ne compte. Nous prenons notre pied et je pars littéralement quand il se fige en moi et hurle en jouissant.— Prends ça, salope !!!Il se vide comme il n’avait pas joui de la soirée avant de s’effondrer sur moi. Nous sommes à bout de souffle. Il se blottit un peu plus et il m’embrasse avec passion, ma bouche si parfumée de tout ce foutre que j’ai avalé. Je lui rends son baiser, le remerciant pour ce délicieux moment. Nous restons accouplés comme ça et nous nous endormons.Le jour se lève quand je m’extirpe du lit. Mon amant dort encore. Je vais prendre une douche qui me fait beaucoup de bien et efface nombre de mes courbatures. Mes doigts s’égarent sur mon anus qui me semble particulièrement gonflé. Ce qui me trouble en bien. Quand je sors de la salle de bain, il dort encore. J’hésite à le réveiller en le suçant. Il serait bien capable de me prendre après ça et de me donner du plaisir. Je décide de ne pas le faire. Une autre fois.J’écris un mot à son attention que je pose sur sa table de nuit.« Tu m’as fait passer une soirée parfaite. J’espère que tu penseras à moi très vite. Je pense avoir besoin d’un maître comme toi.Fin

Ben Esra telefonda seni boşaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00353 515 73 20

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir